Information Design : quelques graphiques insolites

01 Oct
2011
Julien Perdriel

Julien Perdriel, diplômé 2009 de l'ENSC, a poursuivi ses études au sein du M2 Administration des entreprises de l'IAE de Bordeaux et travaille actuellement au sein de la société Arismore en tant qu'Architecte Ergonome.

Cet article est le premier d'une série sur le thème de l'Information Design. Il a pour unique ambition de présenter un "graphique remarquable" pouvant être utilisé afin de véhiculer une information dans le but de faciliter/orienter une prise de décision. Par "Graphique remarquable", il faut comprendre ici un graphique peu utilisé mais qui a une histoire et qui mérite quelques explications.

L'ingénieur en Cognitique et l'information design

Le recours à des représentations facilitant l'appropriation de nombreuses données  est un levier pour faciliter les interactions Homme Système. De ce fait, l'information design est un domaine connu de l'Ingénieur en Cognitique.

En quelques mots l'information design c'est quoi ?

C'est l'utilisation de graphique pour transmettre du sens, pour faire sentir une situation à un lecteur. L'objectif n'est pas de réaliser une œuvre d'art à partir de données. L'objectif n'est pas non plus de permettre au lecteur de travailler lui-même les données afin de faire évoluer la représentation. L'objectif est simplement de fournir au lecteur une représentation des données facilitant et/ou orientant la compréhension qu'a le lecteur d'une situation. Le graphique3 ci-dessous, permet de visualiser différents thèmes / différentes appellations pour des domaines très proches. L'information design figure en deuxième position au plus près de l'extrême data après Infographics.

Information aesthetics diagramPour une introduction au domaine du design de l'information et pour découvrir les travaux d'Edward Tufte,  je vous recommande la lecture des références situées à la fin de cet article.Commençons donc par LE graphique emblématique, la rose de nightingale.

La rose de Nightingale ou diagramme à crête de coq

L'histoire de ce graphique débute en Angleterre aux alentours de l'année 1857. Florence Nightingale, une infirmière âgée de 37 ans a régulièrement recours aux statistiques pour présenter des données sur les soins médicaux et la santé publique. Pour communiquer ces résultats auprès d'un public qui ne partageait pas ses connaissances dans le domaine statistique, elle utilisait  entre autres des diagrammes circulaires, développés par William Playfair en 1801.

Ci-dessous le diagramme des causes de mortalité dans l'armée présenté par Florence : La fameuse rose de Nightingale.

 Florence Nightingale appelait "coxcomb" (crête de coq, équivalant aux histogrammes circulaires d'aujourd'hui) une compilation de tels diagrammes, mais par la suite, le terme fut souvent employé pour désigner un diagramme individuel. Elle utilisait fréquemment les coxcombs pour présenter des rapports sur la nature et l'ampleur des conditions des soins médicaux pendant la Guerre de Crimée aux membres du Parlement anglais et aux fonctionnaires. La présentation de ces "coxcomb" eu pour effet la mise en place de campagnes de vaccination auprès des soldats. Florence Nightingale avait gagné !

Après la Guerre de Crimée, elle se mit à utiliser une version améliorée de ces diagrammes, afin d'illustrer les causes saisonnières de mortalité des patients de l'hôpital militaire qu'elle gérait.

Ce type de graphique est très critiquable. Par construction, les individus représentés dans la zone la plus excentrée occupent une surface plus importante que ceux proches du centre. Ainsi le graphique accorde implicitement une  plus grande importance aux individus décédés suite à l'absence de vaccination que ceux morts au combat ou des suites de blessures.  Et c'est bien le but recherché !

Dans le domaine de la communication, on distingue 2 grandes stratégies :

  1. Faire appel à l'esprit critique du récepteur en espérant qu'il fasse des conclusions similaires aux vôtres. L'idée est de montrer un ensemble de fait sans analyser et/ou juger. L'impartialité est maximisée dans la présentation des informations.
  2. Convaincre le récepteur du bien fondé des conclusions de l'étude. Cela ne nécessite pas de faire appel à l'esprit critique du récepteur. Il y a un travail de sélection des informations à présenter, et de mise en forme de ces mêmes informations....

Pour communiquer auprès des membres du parlement, Florence Nightinghale a choisie la stratégie n°2 : les parlementaires n'ayant pas de connaissances suffisantes en statistique, il fallait convaincre plus que démontrer. De plus les statistiques permettaient une accentuation non fallacieuse dans la mesure où un soldat pendant la Guerre de Crimée avait deux fois plus de chance de mourir d'une infection développée au cours de son séjour en hôpital militaire que de blessures reçues lors d'un combat !

Peut-on lui reprocher d'avoir su utiliser une représentation graphique biaisé pour favoriser une prise de décision statistiquement justifiée ?

Sources

Pour découvrir l'information design

1 - http://fr.wikipedia.org/wiki/Design_de_l%27information

2 - Bernard Lebelle (2008) "Convaincre avec des graphiques efficaces", Editions Eyrolles édition d'organisation : un très bon livre pour décourvrir le domaine et pour commencer à pratiquer la construction de graphiques.

3 - Andrea Lau and Andrew Vande Moere (2007)Towards a Model of Information Aesthetics in Information Visualization”, Key Centre of Design Computing & Cognition, University of Sydney, Australia http://web.arch.usyd.edu.au/~andrew/publications/iv07.pdf

4 - Un thème proche le data journalisme http://fr.wikipedia.org/wiki/Journalisme_de_donn%C3%A9es  (OWNI est une référence dans le domaine)

Pour approfondir le thème de la rose de Nightingale

1 - http://fr.wikipedia.org/wiki/Florence_Nightingale

2 - http://dd.dynamicdiagrams.com/2008/01/nightingales-rose/  (un article encore plus complet sur le sujet en anglais avec un rework supplémentaire des données de l'époque)

Réseaux sociaux

  • Connectez-vous pour ajouter un commentaire.

  • Aucun commentaire trouvé.